Question : Mais qui vient nous rendre visite au Convivial'Café ?
Réponse : Gilles Le Coz.

Le jeudi 25 juin à 19 heures, au Convivial'Café

  Dessinateur, roughman, directeur artistique, Gilles Le Coz aborde la Bande Dessinée en 2013 avec son premier album : "Mourir nuit gravement à la santé", premier tome de la série "Yo-Yo post mortem" chez l'éditeur Sandawe.


Nous Irons Tous au Bois

  À la suite de la mort accidentelle de ses deux filles, causée par un chauffard, Rodrigo, un maçon, entend le verdict de la justice : 6 mois avec sursis.
Le coeur brisé, face aux privilèges dont bénéficie le diplomate responsable de l'accident, il décide de faire justice lui-même. Derrière l’intrigue, un fond social fort, le thème de l’immunité diplomatique inspiré d’un fait réel, le sujet de la prostitution et des SDF.


Yo Yo Post Mortem — Tome 1 Mourir nuit gravement à la santé

  Quand on est mort, on est mort. Enfin, c'est ce que pensait Jean-Paul Gratin, jusqu'au moment où un aimable (quoique très osseux) individu vienne le réveiller, alors qu'il entamait à peine son repos éternel. Apparemment, il y a encore quelques formalités administratives avant d'entamer, pour de bon, son dernier voyage. Suivez le guide, attention à la marche !

  Album oscillant entre un humour potache et humour noir, Mourir nuit gravement à la santé joue sur les peurs partagées par tout un chacun face au trépas. Au cours de leur descente vers un Hadès plus administratif que dantesque, le héros et son étrange mentor vont faire face à divers protagonistes et autres tracasseries dignes du monde des vivants. Nouveau venu, Gilles Le Coz propose un univers joliment construit et des situations ubuesques souvent très drôles.


 

 


Prochainement Yo Yo Post Mortem — Tome 2 : Mourir n'a jamais tué personne !

  Commencé un peu par plaisir personnel, avec comme seul fil rouge une exploration du pays de nos chers défunts et tout ce qu'il pouvait suggérer comme idées déjantées, le projet "Yo-Yo post mortem" s'est finalement concrétisé en un hilarant (et somptueux) album intitulé "Mourir nuit gravement à la santé". L'auteur pensait avoir épuisé le sujet. Mais il restait des zones d'ombre (normal lorsqu'on est six pieds sous terre), des personnages qui n'avaient pas révélé tout leur potentiel, et pas mal d'idées toujours aussi farfelues se frayaient leur petit bonhomme de chemin dans son cerveau. Résultat, un tome 2 totalement inattendu, mêlant humour noir, émotion, poésie et inventivité dans un univers qui continuera à régaler les fans de Tim Burton mais pas que …...

Deux extraits vidéos — Yo Yo Post Martem aux éditions Sandawe.

 

Interview de Gilles Le Coz