Patricia Wells, Les 200 meilleures recettes de bistrot, Le Livre de Poche

  Patricia Wells est sans doute l'Américaine la plus gastronome de France. Avec ces "200 MEILLEURES RECETTES DE BISTROT", elle nous livre les secrets de la vraie cuisine française, chaleureuse et familiale, généreuse et pleine de saveurs. Bonnes soupes et salades rustiques, daubes mijotées au vin, gratins grésillants et désserts comme autrefois... Chaque recette est l'occasion de découvrir un terroir. Patricia Wells nous dit l'art d'accommoder un plat, conseille le vin, détaille les ingrédients et commente la prépartion sans oublier d'y ajouter ses "petits trucs". Son enthousiasme et sa joie de vivre sont présents dans chaque page de ce livre. Aucune recette qu'elle n'ait aimée, aucun bistrot qu'elle n'ait visité et qu'elle nous recommande. Qu'elles viennent d'une auberge de campagne ou d'un petit restaurant parisien, ces recettes de bistrot composent une cuisine sans tours de main compliqués, sans ingrédients rares ni ustensiles spéciaux. Elles sont le reflet de l'amour de la bonne cuisine et du bon vivre. Patricia Wells est la critique gastronomique de L'Express et du International Herald Tribune. Ses deux précédents ouvrages : "la France gourmande" et "Paris gourmand" ont été des best sellers dans le monde entier. Elle vit entre Paris et la Provence.)

Fin
 
Valentine Goby, Kinderzimmer, Actes Sud

  Valentine GOBY est née en 1974. Elle compose depuis 2002 une œuvre importante pour les enfants. Diplômée de sciences-po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et Manille. Enseignante, elle a fondé l’Ecrit du Cœur, collectif d’écrivains soutenant des actions de solidarité.
  Kinderzimmer a reçu en 2014 le prix des libraires et le prix littéraire des lycéens d’Ile de France.

  Mi-avril 1944, une jeune femme de 22 ans, Mila est déportée au camp de Ravensbrück. Plus de 40 000 femmes, venues de toute l’Europe, se trouvent déjà dans ce camp. Pendant tous ces mois de captivité, toutes ces femmes doivent trouver le courage de survivre aux horreurs et aux atrocités.
   Mila est enceinte de 3 mois ½ lorsqu’elle arrive à Ravensbrück. Elle va essayer de ne pas s’attacher à cette vie en elle et surtout elle va tout faire pour ne pas que ses geôliers s’en aperçoivent. Elle va, malgré tout ce qu’elle endure, mettre au monde son enfant dans la Kinderzimmer. Cette chambre des enfants : un rayon de soleil dans les ténèbres ?
   Tout au long de ce superbe roman, un verbe se détache : TENIR.
   Toutes ces femmes vont puiser dans leurs souvenirs, du plus profond de leur être, pour TENIR face à la barbarie de leurs geôliers, aux humiliations, aux maladies, à la saleté, aux bagarres, aux vols à la puanteur. Elles vont se soutenir, s’entraider afin de ne pas donner la satisfaction à leurs bourreaux de mourir. Beaucoup d’entre elles ne vont malheureusement pas résister.
   Après la libération du camp de Ravensbrück, le retour à une vie normale est très difficile car nombre de personnes ne sont pas au courant de ce qui s’est réellement passé dans les camps de concentration et ont beaucoup de mal à croire les anciens prisonniers.
   Roman très fort, grave dont l’écriture est tour à tour glacée, dépouillée, poétique et bouleversante.

Fin

Sylvain Tesson, Berezina, Éditions Guerin  

  Sylvain Tesson s'est lancé un autre défi. Il a précédemment fait le tour du monde à bicyclette, marché ou chevauché en Asie centrale, au Tibet ou en Russie et il a passé 6 mois dans une cabane au bord du lac Baïkal.
Son récit ici est celui du parcours en moto et side-car avec quatre compagnons , de décembre à février-parcours qui relie Moscou à Paris. Ceci pour rendre hommage aux centaines de milliers de soldats de la Grande Armée qui périrent lors de la retraite de Russie il y a 200 ans.
  Parallèlement à la narration burlesque du trajet en moto, est décrit le tragique retour des hommes de Napoléon. Le récit est très documenté car nourri par les mémoires de Caulaincourt, bras droit de Napoléon.
Bérézina est un livre drôle mais aussi sombre où l'horreur de la retraite de Russie est rendue palpable. Napoléon malgré ce désastre n'apparait pas comme le mégalomane fou dont nous avons le souvenir.
  Sylvain Tesson apporte aussi ses réflexions sur les sociétés, la résistance face à la douleur, le voyage : "Quand le corps se meut, l'esprit vagabonde, la pensée explore des recoins intouchés".

Fin

Kresman Taylor, Inconnu à cette adresse, Flammarion
  Inconnu à cette adresse (titre original en anglais : Address Unknown) est le premier livre de l'écrivaine américaine Kathrine Kressmann Taylor, écrit sous le nom de plume Kressmann Taylor, publié pour la première fois dans sa version intégrale dans Story Magazine en 1938 aux États-Unis, soit un an avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.
  Il prend la forme d'une correspondance épistolaire fictive étalée du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934 entre deux très bons amis, Martin Schulse, 40 ans, allemand marié et père de trois garçons, et Max Eisenstein, 40 ans, célibataire d'origine juive, associés de longue date dans une affaire prospère de commerce de tableaux à San Francisco, la Galerie Schulse-Eisenstein. En 1932, Martin retourne vivre à Munich et échange avec son ami et associé. (Source : Wikipédia)

Fin

 

 

Régine detambel, Les livres prennent soin de nous, Actes Sud
  Par le rythme et la musicalité de leurs phrases, l’ordre de leur syntaxe, le toucher sensuel de leur papier, les livres nous soignent et nous apaisent. Au fil de l’enveloppant mouvement de l’écriture et de la lecture se dispense en effet un sens toujours renouvelé capable de nous arracher à nous-mêmes et à nos souffrances.
  Dans la détresse physique ou psychique, dans le handicap ou la grande vieillesse, le livre permet d’élaborer ou de restaurer un espace “à soi”. Face à la double menace de la passivité et de la perte d’autonomie, la lecture a le pouvoir de favoriser la reconquête d’une position de sujet, ce qui est précisément l’objectif de toute bibliothérapie digne de ce nom.
Tandis que fleurissent les salons de “développement personnel” et les premières thèses de médecine sur le pouvoir des livres, Régine Detambel, écrivain et kinésithérapeute de formation, se donne ici pour tâche de montrer que la littérature en tant que “remède” doit se défier tout autant du pouvoir médical que des lieux communs du bien-être de masse. Elle propose à Montpellier-Juvignac une formation en bibliothérapie créative. Le présent ouvrage recense quelquesunes de ses sources théoriques et les grandes lignes de sa pratique.  (Source : Actes Sud)

Fin

Michel Bussi, N'oublier jamais, Pocket

 Jamal, avec sa prothèse à la jambe, a l’ambition de devenir le premier handicapé à gagner l’Ultra-Trail du Mont Blanc. Parti s’entraîner sur les falaises d’Yport, il découvre, tout d’abord une écharpe rouge accrochée à une clôture, puis une superbe femme brune qui le fixe, dos au vide. Ils sont seuls. Pour tenter de la sauver Jamal lui tend l’écharpe. Une seconde plus tard, l’inconnue bascule. Accident ? Suicide ? Ou meurtre, comme le pensera la police ? Jamal a-t-il tué ? Qui dit vrai, qui ment ? Et que faut-il ne jamais oublier ?
Une interprétation plus que convaincante pour un suspens où pullulent fausses vérités et vrais mensonges, et où les chausse-trapes guettent le lecteur à chaque page. (Source : Audiolib)

Fin

Kearney, Les Monarchies divines, Le Livre de Poche
  Les Monarchies divines (titre original : Monarchies of God) est une saga de fantasy en cinq volumes écrite par Paul Kearney et publiée entre 1995 et 2002. Son pessimisme et sa dureté dans le traitement réservé aux personnages la classerait plutôt dans la Dark Fantasy. Elle se caractérise également par son monde plus proche de la Renaissance que du Moyen Âge, ses nombreuses batailles épiques et sa dimension maritime.
Les titres des cinq volumes sont Le Voyage d'Hawkwood (1995), Les Rois hérétiques (1996), Les Guerres de fer (1999), Le Second Empire (2000) et Les Vaisseaux de l'ouest (2002).
   L'histoire se déroule en grande partie sur le continent de Normannie (ressemblant vaguement à l'Europe de la Renaissance) qui est dominé par cinq royaumes principaux qui sont l'Almark, l'Astarac, l'Hebrion, la Perigraine et la Torunnie. Il existe aussi divers duchés et principautés ainsi que la Fimbrie, ancien empire (s'inspirant de l'Empire romain) qui a autrefois dominé le continent tout entier avant d'être déchiré par des dissensions internes et de se replier sur lui-même et qui est aujourd'hui divisé en plusieurs électorats. Cependant, l'armée fimbrienne reste la plus redoutée du continent avec celle de Torunnie.
   Les cinq royaumes principaux sont connus sous le nom de Monarchies divines et suivent les préceptes religieux du Ramusio béni (proches de la chrétienté) tels que les enseigne son Église qui exerce une grande influence sur la politique du continent depuis son centre du pouvoir, Charibon. À l'est de la Normannie se trouvent les royaumes Medruks (qui s'inspirent de l'Empire ottoman), dont le plus puissant est le sultanat d'Ostrabar, qui ont une culture et une religion bien distinctes (leur religion étant basée sur les enseignements du Prophète Ahrimuz) et ont des relations souvent conflictuelles avec les Monarchies divines. (Source : Wikipédia)

Fin