Les thés de la péninsule indochinoise

 

Thaïlande

• Démarrage récent de la consommation sous les rois Rama IV et Rama V au début du XIXe siècle + résidents étrangers (anglais).
• En 1949 des soldats chinois du Kuomintang se réfugient en Birmanie puis dans le Mae Salong.
Culture du pavot et trafic opium.
• Dans années 70 , Fondation du Projet Royal d’éradication du pavot. Cultures de substitution dont les théiers, surtout d’origine taïwanaise.
• Le Mae Salong a été officiellement rebaptisée Santikhiri, soit « colline de la paix ».
• De nos jours, les Thés Oolong de Thaïlande rivalisent avec les meilleurs wulong de Chine et de Taïwan.
• Mais la boisson populaire est en fait le thé thaï glacé (ชาเยน็ ) préparée avec du thé noir d’Assam, du lait et du sucre, et autres ingrédients !

 

Vietnam

• Le thé est une tradition plus que millénaire au Vietnam Vieux théiers Shan sauvages dans le nord du pays, exploités par des minorités ethniques.
Culture plus récente et de masse dans le sud (Dà Lat).
• 5° producteur mondial, mais faible rapport. 30 % d’exploitations publiques, 70 % petits propriétaires. Essentiellement thé verts (63 %).
• Boisson ordinaire et incontournable des Vietnamiens. Fête annuelle de la Culture du Thé Vietnamien Souvent aromatisé ( Lotus, Fleur d’orange de bigarade).

 

 

Le Laos
Au nord : région de Phongsaly)
• Théiers sauvages de type Shan.
• Déjà « exploités » par la Chine Impériale.
• Récoltes achetées à bas prix par Yunnan et compagnie Malaisienne.
Au sud : plateau des Boloven
• Plantation de théiers dans les années 30 par un agronome français (A. Marseille)
• Blocage par compagnies anglo-hollandaises !
• Re-développement récent sur la base de quelques familles (dont aide Malongo + café).

 

 

 

Les thés en dégustation

Fin